Intoxication

Etienne Bruneau - Dernière mise à jour en février 2008

Différents types

Des intoxications sont constatées tous les ans en plus ou moins grand nombre.
Les intoxications classiques suite à des pulvérisations avec des produits toxiques pour les abeilles pendant les périodes de butinage se constatent assez facilement par une quantité très importante d'abeilles mortes ou tremblantes sur le plancher ou devant les ruches, ou encore par des colonies dans lesquelles la population a diminué très fortement suite à la disparition de butineuses qui ne sont pas rentrées à la ruche.

Les intoxications liées à une consommation régulière de faibles doses de toxique (type d'intoxication signalé suite à la consommation d'un nectar contaminé par un toxique). Dans ce cas, les effets ne sont pas visibles immédiatement, il faut trois à quatre jours pour observer des effets caractérisés. L'activité au trou de vol est anormale, les abeilles sont apathiques malgré la miellée. Les colonies se vident progressivement de leurs butineuses.

Les intoxications au départ de pollen intoxiqué sont encore plus difficiles à mettre en évidence car dans ce cas, les butineuses ne sont pratiquement pas touchées. Ce sont surtout les jeunes abeilles qui vont consommer le pollen stocké (après un laps de temps d'une semaine à plusieurs mois) pour le transformer en gelée royale pour les larves qui vont être touchées. Les larves nourries avec une gelée intoxiquée risquent également de ne pas survivre. Dans un tel scénario, les signes d'intoxication ne se marquent pas avant plusieurs semaines.

Que faire ?

Lorsque vous suspectez une intoxication classique, vous pouvez faire appel à votre Unité Provinciale de Contrôle de l'AFSCA qui devrait venir établir un constat et réaliser des prélèvements.
Vous pouvez également contacter l'AFSCA selon les possibilités suivantes :

  1. Courriel : pointcontact@afsca.be
  2. Tél.: 0800 13 550 (= 02 208 33 01) du lundi au vendredi de 9h à 17h
  3. Fax: 02 208 48 26
  4. Courrier : WTC III, local 21.037 -
Avenue Simon Bolivar, 30 - 
1000 Bruxelles

Attention, les molécules insecticides se dégradent très rapidement et il est vivement conseillé de réaliser les prélèvements d'abeilles le plus rapidement possible, de les stocker au surgélateur dans du papier aluminium.

Il faut noter toutes les informations qui peuvent aider à orienter les recherches de la cause : évolution de l'état des colonies, nombre de colonies touchées, pollen récolté, dernière visite réalisée, environnement...