Récolte des produits de la ruche

Etienne Bruneau - Dernière mise à jour en décembre 2007

Le miel

Produire un miel de qualité requiert un certain savoir-faire. Pour travailler correctement, il ne suffit pas de retirer les hausses et d'extraire le miel pour le mettre ensuite en pots. Plusieurs conditions sont nécessaires pour arriver à produire un miel qui réponde aux attentes du consommateur actuel, c'est-à-dire un produit naturel, d'un grand état de fraîcheur et offrant toutes les garanties d'une bonne conservation. Il faut également valoriser correctement son miel. Aujourd'hui, de nombreux outils existent et peuvent vous aider, et cela quelle que soit votre production. Les analyses et étiquettes sont des moyens qui vous aideront dans cette voie (voir pages services).

Une série d'articles et de sites sont consacrés à différents aspects techniques sur le miel.

Le pollen

Le pollen est également récolté en Belgique mais ce n'est pas systématique. La récolte du pollen nécessite l'acquisition d'un matériel spécifique : trappes à placer devant les ruches ou intégrées dans des planchers spécifiques, séchoir ou surgélateur... La récolte du pollen demande également une grande disponibilité vu qu'il doit être récolté au moins tous les deux jours dans nos conditions climatiques. Il sera alors trié et séché ou congelé directement. Si ce n'est le cas, le risque de moisissures est important et certaines sont toxiques. Il faut également veiller à éviter la présence de souris car leurs déjections peuvent être très toxiques et du pollen ainsi souillé devra être détruit. Les conditions d'hygiène doivent être parfaites vu la composition du pollen. Tout cela explique pourquoi on ne compte qu'environ 2 % des apiculteurs qui récoltent du pollen et bien souvent uniquement pour leur consommation personnelle. Le pollen que l'on trouve en magasin vient essentiellement d'Espagne (pricipalement du pollen jaune de cistes).

La propolis

La propolis récoltée par les apiculteurs est principalement de la propolis de grattage. Si l'on veut en produire davantage, il est conseillé d'utiliser des grilles à propolis et de travailler avec une abeille qui a tendance à propoliser comme la caucasienne. Lors de la récolte, elle est mélangée avec une proportion plus ou moins importante de cire. Il faut donc diluer la propolis dans l'alcool et la filtrer pour obtenir un extrait alcoolisé (teinture).

La cire

La cire n'est pas à proprement parler récoltée. Elle provient simplement de la refonte de cadres usagés ou d'opercules récupérés sur les cadres de hausses. Cette dernière est très prisée par les apiculteurs qui la refondent pour en faire de nouvelles cires gaufrées. Les vieux cadres ne rendent que très peu de cire. Ils contiennent une très grande proportion de cocons. La cire récupérée couvre à peine l'énergie dépensée.

Il existe plusieurs modèles de fondeuses à cire sur le marché. Le plus fréquent est la fondeuse solaire. Les autres fondeuses sont souvent la propriété de groupements apicoles ou de marchands. Il faut déjà un rucher important pour rentabiliser un tel matériel.

Petite remarque : si vous comptez réutiliser les fils de vos cadres après un passage à la fondeuse, ceux-ci devront être en acier inoxydable sous peine de rouiller par la suite.

Plusieurs apiculteurs utilisent leur vieille cire pour réaliser des bougies en cire. De nombreux moules en silicone existent dans le commerce. Ce travail est important mais la plus-value apportée au produit est intéressante pour autant qu'on en assure la commercialisation. Il faut dans ce cas toutes les autorisations : n° d'exploitation...