Ruches et petit matériel

Etienne Bruneau - Dernière mise à jour en décembre 2007

Les ruches doivent avoir des dimensions standardisées et respecter des normes bien strictes pour le passage des abeilles (bee space). Le modèle le plus fréquent en Wallonie est le modèle Dadant-Blatt (10 ou 12 cadres).

On rencontre plus rarement d'autres modèles non divisibles tels que les ruches Voirnot dont les cires du corps sont carrées (33 X 33 cm).

Par ailleurs, les modèles divisibles (corps et hausses de même volume) sont plus nombreux. Hormis la ruche Langstroth et la Normal Maas qui sont standardisées, les autres modèles (W. B. C.) ont trop de versions différentes.

Plusieurs sites présentent des modèles de ruches et vous donneront des informations complémentaires :

La ruche Dadant

Cette ruche permet aux abeilles de développer leur nid à couvain dans un corps unique. Les cadres de corps et des hausses ne peuvent être confondus. L'apiculteur peut éviter toute présence de couvain dans les cadres de hausses en utilisant une grille à reine. Le nid est compact et facile à visiter. Au pire, il n'y a que 12 cadres à sortir ! En règle générale, pour permettre un épaissisement des cadres qui sont alors plus faciles à désoperculer (9 cadres pour une 10 cadres dans le corps). Les ruches à 10 cadres restent plus faciles à manipuler seul. De bonnes poignées latérales sont cependant fortement conseillées pour le transport.

Normalement les dimensions des cadres sont standardisées. Certains marchands vendent cependant des cadres dont les oreilles sont plus longues. Les épaisseurs des parois peuvent également changer (ex. : doubles parois ou cadre témoin). Dans ce cas, les éléments standardisés tels que les planchers ou les nourrisseurs couvre cadres peuvent ne plus s'adapter correctement.

Les ruches divisibles

Ces ruches demandent généralement plus de travail ne fut-ce que lors des visites. Elles offrent l'avantage d'avoir des éléments plus légers à transporter ce qui plait à un grand nombre d'apiculteurs. Elles permettent de réaliser des manipulations qui ne sont pas permises par un corps unique (translation de couvain...). On peut citer deux problèmes d'importance : le manque de dimensions standardisées sur le marché pour de très nombreux modèles et la possibilité d'utiliser dans les hausses des cadres ayant été en contact direct avec un médicament vétérinaire.