Agriculture : Documents

Retour aux résultats pour "Agriculture"

Cette page reprend tous les articles et documents portant sur les relations abeilles - agriculture.

  • document-pdf-text	 icon 187 - Apiculteurs-Agriculteurs : un premier pas vers un partenariat constructif (Agnès FAYET - 389 Ko)

    Compte rendu des échanges du WE du Cari : agriculteurs, apiculteurs

  • document-pdf-text	 icon 187 - Choisir notre monde (Etienne BRUNEAU - 144 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 185 - Vers un renouveau (Etienne BRUNEAU - 54 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 181 - ACTUALITE (Agnès FAYET- Noa SIMON - Etienne BRUNEAU - 332 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 180 - Conseils techniques - Partager le bon sens (Jocelyne COLLARD - Agnès FAYET - 2 Mo)

    Point de vue d’une apicultrice-agricultrice sur les pratiques agricoles et sur l’importance des échanges en apiculture

  • document-pdf-text	 icon 179 - Permaculture : agir avec la nature et avec la ruche (Agnès FAYET - 381 Ko)

    présentation de la permaculture et de l'apiculture dans cette démarche

  • document-pdf-text	 icon 179 - Permaculteur, apiculteur en devenir (Agnès FAYET - Jean-Cédrix JACMART - 1 Mo)

    projet d'un apiculteur-permaculteur en Wallonie

  • document-pdf-text	 icon 172-Actualité (Etienne BRUNEAU - 151 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 171-Agriculture est apiculture à l'heure des nanomatériaux (Agnès FAYET - 705 Ko)

    L’agriculture et l’apiculture semblent voués à l’utilisation des nanomatériaux. Quelles forment prennent ces solutions technologiques présentées comme des alternatives « vertes » aux méthodes conventionnelles ?

  • document-pdf-text	 icon 168 - Apiculture et pollinisation, différents modèles (Carolina CARDOSO - 287 Ko)

    les interactions entre agriculture et pollinisateurs sont analysées au travers de différents types de projets qui ont chacun leurs avantages et défauts : études à vision spécifique, études à vision globale, projets et initiatives citoyennes associant agriculteurs et apiculteurs.

  • document-pdf-text	 icon 167 - Nano toxico (Agnès FAYET - 198 Ko)

    études scientifiques concernant l’impact des nanotechnologies sur les pollinisateurs

  • document-pdf-text	 icon 166 - Pollinisation et agriculture durable (355 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 164 - L'actualité janvier - février (Etienne BRUNEAU - Robert LEQUEUX - 381 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Contribution des abeilles à un environnement et une agriculture durables (Dr. Bernard Vaissière - 82 Mo)

    Dr Bernard VAISSIERE

    INRA Avignon

    Bees’ contributions towards sustainable farming and healthy environment

    The contribution of bees (Apoidea Anthophila ; 20 000 species worldwide) to our environment and our wellbeing is today better known and quantified in economic terms. We are discovering the huge extent of areas involving bees’ pollination and its essential role for the sexual reproduction of flowering plants. Bees’ contribution can be direct as for yields and quality of agricultural production or the survival and reproduction of wild plants. The contribution can also be indirect, as for example to promote the stability of soils and the diversity of wild fauna. Insect pollination, classified as a regulation ecosystem services, is currently a keystone included in many studies. My presentation aims to give an overview of the different areas that have appeared to take advantage of bees, often essential, as sustainable factor for the natural environment and the agricultural production. I am going to illustrate the place of honeybees in a global scheme that has started emerging from these studies; while highlighting the need of balanced cohabitation between beekeeping activities and wild pollinators population. The online FLORAPIS photo database (http://www.florapis.org) and economic figures whenever possible, will illustrate my presentation.

    Contributions des abeilles à un environnement et une agriculture durables

    La contribution des abeilles (Apoidea Anthophila ; 20 000 espèces dans le monde) à notre environnement et à notre bien-être commence aujourd’hui à être mieux cernée et même quantifiée en termes économiques. Et l’on découvre peu à peu l’étendue des domaines dans lesquels intervient l’activité pollinisatrice des abeilles du fait de son rôle fondamental dans la reproduction sexuée des plantes à fleurs. Cette contribution peut être directe comme pour les rendements et la qualité des productions agricoles ou pour la survie et la reproduction des plantes sauvages. Ou cette contribution peut être indirecte, comme par exemple pour favoriser la stabilité des sols ou la diversité de la faune sauvage. La pollinisation entomophile, classée comme service écosystémique de régulation, est aujourd’hui une composante clé de nombreuses études et je ferai un tour d’horizon des différents domaines dans lesquels il apparaît aujourd’hui que les abeilles contribuent de façon souvent essentielle comme facteur de durabilité tant pour l’environnement naturel que pour de la production agricole. J’illustrerai la place des abeilles mellifères dans le schéma d’ensemble qui commence à émerger de ces travaux en mettant l’accent sur le besoin de cohabitation harmonieuse de l’activité apicole avec la communauté d’insectes pollinisateurs sauvages en illustrant mon propos avec les éléments de la base de données photographiques en ligne FLORAPIS (http://www.florapis.org). Je préseterai des éléments chiffrés en termes économiques sur ces contributions chaque fois que possible.

  • document-pdf-text	 icon Agroforesteries (Alain Canet - 58 Mo)

    Alain Canet Directeur d’Arbre et Paysage 32 - Président de l’Association Française d’AgroForesterie

    To feed the bees and… When we speak of trees, we think ‘forest’, often forgetting all these wild trees, scattered on the countryside and rural territory. Trees outside forests and other huge diversity of plants are useful to agriculture and biodiversity, well as for the whole territorial community. Indeed, without physical barriers to wind and water, without food, shelter or corridor for the wildlife and without structural elements, a territory could not work properly. Wrongly used to separate protected areas and production areas, human beings have created in these last decades a strong division between cultivated areas, forested and protected areas, leading to the consequences we know: erosion and fertility loss of agricultural soils, decline of biodiversity, landscapes standardization. A balance system has to be found - and agroforestry, when well managed and monitored is part of the solution. Nature works wonders, with no need of many things.

    Third generation agroforestry systems, by its comprehensive approach, combine in the same area several species of trees, annual crops and permanent crops (clover, trefoil, sainfoin, alfalfa, buckwheat, etc...). This system relies on complementary strata of different age and spaces. Willow, chestnut, maple, acacia, sorb, lime tree, ivy: the flowers of these trees, shrubs and other vines offer along the seasons their nectar and pollen to pollinators. Other species, such as oak and some conifers are exclusive sources of honeydew which bees are fond of. The buds of poplar and beech are the main suppliers of propolis to the hive. Diversified hedges composed of blackthorn, hawthorn, quince, elderberry, wild roses or brambles as well as crops and intercultural crops offer nectar and pollen from the end of winter to the end of the summer. Beyond pollen and nectar resource, trees and shrubs modulate detrimental climatic variations to crops and insects (wind, extreme temperature...). They reduce erosion and improve soil quality. These are favorable conditions to the plants of the agroecosystem to develop and produce nectar.

    Agroforestry systems based on the fertility of the system and its valorization, instead of its fertilization, seems to provide relevant solution to bees and pollinators. The potential of development of these practices is important. Farmers are interested in developing and promote agro-forestry, so are current policies. As an example, the first award of Sustainable farming was attributed to a farmer for its coherent, comprehensive, thoughtful and effective, work -“ combining agroforestry, simplified farming techniques and organic farming. A huge potential comes as well from the natural regeneration zones that could be a source of biodiversity and biomass without imposing further regulatory constraints to farmers.

    A toutes faims utiles... Lorsque l’on parle d’arbres, on pense forêt, oubliant souvent tous ces arbres dits champêtres, dilués dans l’espace. Utiles à l’agriculture et à la biodiversité, ces arbres hors forêt et le cortège de plantes qui les accompagnent, le sont aussi pour l’ensemble de la collectivité. En effet, sans obstacles physiques au vent et aux flux d’eau, sans nourriture, sans abris, ni corridor pour la faune sauvage, sans éléments régulateurs, un territoire ne peut fonctionner correctement.

    Habitué à tort à séparer espaces de production et de protection, l’homme a crée ces dernières décennies un fort clivage entre zones cultivées et zones arborées et protégées, avec les conséquences qu’on connait : érosion et perte de fertilité des sols agricoles, appauvrissement de la biodiversité, banalisation des paysages, etc. Un juste milieu est à trouver et l’arbre agroforestier, bien positionné et accompagné peut apporter beaucoup. Pas besoin d’artifices, la nature fait bien les choses et avec peu de choses.

    L’agroforesterie de troisième génération, par son approche d’ensemble, associe sur un même espace diverses espèces d’arbres champêtres, culture agricole et couverts permanents (trèfles, lotier, sainfoin, luzerne, sarrasin, etc.) et s’appuie sur la complémentarité des strates, des classes d’âges et des milieux. Du saule au châtaigner en passant par l’érable, l’acacia, le sorbier ou le tilleul, sans oublier le lierre, les fleurs des arbres, arbustes et autres lianes offrent, au fil des saisons, leur nectar et leur pollen aux pollinisateurs. D’autres, comme le chêne et certains conifères, sont sources exclusives de miellats dont les abeilles sont très friandes. Les bourgeons du peuplier et du hêtre sont les principaux fournisseurs de propolis pour la ruche. Les haies champêtres diversifiées, composées de prunelliers, d’aubépines, de cognassiers, de sureaux, d’églantiers ou encore de ronces ainsi que les cultures et inter-cultures complètent la production de nectar et de pollen de la fin de l’hiver à la fin de l’été. Au-delà de la ressource mellifère, arbres et arbustes tempèrent les variations climatiques préjudiciables aux cultures comme aux insectes (vent, températures extrêmes,...). Ils diminuent l’érosion et améliorent la qualité des sols. Autant d’éléments qui permettent aux plantes de l’agro-écosystème de se rapprocher des conditions optimales de développement et de production de nectar. Cette agroforesterie, en se basant sur la fertilité du système et sur sa valorisation et non pas sur sa fertilisation, semble être en mesure d’apporter des réponses pertinentes à la problématique de l’abeille et des pollinisateurs en général. Le potentiel de développement de ces pratiques est important. Il est souhaité par un certain nombre d’agriculteurs et encouragé par les politiques actuelles. En témoigne la récente attribution du premier prix des Trophées de l’Agriculture durable à un agriculteur pour sa démarche cohérente, réfléchie et efficace, alliant Agroforesterie, travail simplifié et couverts végétaux, en agriculture biologique. Un potentiel énorme si l’on considère aussi toutes ces surfaces en régénération naturelle assistée qui pourraient être source de biodiversité et de biomasse sans avoir à imposer encore davantage de contraintes règlementaires aux agriculteurs.

  • document-pdf-text	 icon 155 - Nanocides : le grand silence (agnès FAYET - 348 Ko)

    Présentation générale de pesticides dernière génération dont on ne connaît pas encore l’impact

  • document-pdf-text	 icon 152 - L'entomovection (Agnès FAYET - 418 Ko)

    Présentation d’une technique de lutte biologique faisant de l’abeille un vecteur des produits de contrôle contre les nuisibles en agriculture

  • document-pdf-text	 icon 150-Biocontrôle (Agnès FAYET - 277 Ko)

    Le point sur les notions de production intégrée, de lutte intégrée et de biocontrôle qui sont des solutions sérieusement envisagées pour améliorer l’impact environnemental des pratiques agricoles

  • document-pdf-text	 icon 147 Agroforesterie (Alain CANET - 262 Ko)

    L’agroforesterie constitue aujourd’hui une piste de développement pour une agriculture performante. Respectueuse de l’environnement et privilégiant les espèces indigènes, elle est favorable aux abeilles.

  • document-pdf-text	 icon 145 - Octobre, novembre, décembre (Etienne BRUNEAU - Agnés FAYET - Didier GEUTEN - 264 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 140-L'APPO et les services apicoles (Christine CARTRYSSE - 265 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 136 - Un pays où coulent le lait et le miel (Walter HAEFEKER - 454 Ko)

    Cet article illustre la synergie possible entre agriculteurs et apiculteurs au travers de la valorisation du lait produit dans un environnement plus mellifère

  • document-pdf-text	 icon 134-L'enjeu soja (Janine KIEVITS - 636 Ko)

    L’Europe est devenue lourdement importatrice de soja, source de protéines dans l’alimentation animale. Le retour a son autonomie alimentaire passe par le redéploiement des légumineuses, excellentes mellifères, qui constituent ainsi une opportunité pour l’apiculture européenne et l’indispensable élément des rotations culturales, plus respectueuses de l’environnement que le modèle monocultural développé actuellement.