Pathologies : Documents

Retour aux résultats pour "pathologies"

  • ActuApi 34 : AFSCA, nouvelles mesures
  • ActuApi 20 : Cadres bâtis, stop ou encore
  • ActuApi 1 : Du neuf pour les apiculteurs wallons
  • Gids voor goede Bijenteelpraktijke
  • ActuApi 19 : Gros plan sur le couvain
  • Guide de bonnes pratiques apicoles
  • Guide de bonnes pratiques apicoles - Registre de production
  • ActuApi 48 : La santé de vos ruches, les observations utiles
  • Leitinien für eine Gute Imkerliche Praxis
  • ActuApi 12 : Miellées 2000 - Varroase, les bons réflexes
  • ActuApi 57 : Mortalité ! Que faire ?
  • ActuApi 42 : Nouvel envol
  • ActuApi 41 : Pourquoi un guide de bonnes pratiques ?
  • ActuApi 4 : Programme européen : premier bilan
  • ActuApi 10 : Saison 2000, bien lutter contre la varroase
  • ActuApi 36 : Travaux divers
  • ActuApi 60 : Varroa, à suivre de près
  • ActuApi 52 : Varroa, l'exemple de la nature
  • ActuApi 3 : Varroase : le retour en force
  • ActuApi 8 : Varroase, chacun doit choisir
  • ActuApi 58 : Varroase, quels traitements choisir ?
  • ActuApi 65 : Varroase, un autre regard
  • document-pdf-text	 icon 190 - VARROASE (Etienne BRUNEAU - 78 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 184 - Une mycorévolution pour les abeilles ? (Agnès FAYET - 380 Ko)

    Synthèse sur l‘utilisation de certains champignons pour la santé des abeilles

  • document-pdf-text	 icon 183 - La santé des abeilles, question d'interactions (Noa SIMON - 281 Ko)

    Cet article analyse de nombreuses interactions entre les facteurs affectant la santé des abeilles qu’ils soient individuels ou liés au stress extérieur. Il met en évidence leur importance sur la santé des abeilles et l’utilité de travailler avec une approche multifactorielle en matière sanitaire.

  • document-pdf-text	 icon 181 - Que nous dit la nature ? (Noa SIMON - 232 Ko)

    Le rôle de bio-indicateur des abeilles est fondé sur deux caractéristiques : les abeilles sont d’une part de micro-échantillonneuses de leur environnement, et d’autre part, vulnérables à ce qui se passe autour d’elles.

  • document-pdf-text	 icon Varroa-Limites des traitements 27/05/2017 (3 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Arrêté Royal 12 mai 2017 - GUIDANCE VETERINAIRE (2 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Varroa : du diagnostic au traitement 2017 (Etienne BRUNEAU - 89 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Comment traiter ses ruches en 2017 ? (Etienne BRUNEAU - 27 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 176 - Etre acteur de terrain en 2017 (Etienne Bruneau - 79 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 175-L'heure des bilans (Etienne Bruneau - 109 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 173- ALVEN CAP - L'acide oxalique à libération lente (Agnès FAYET - 207 Ko)

    présentation des résultats d'un nouveau produit argentin (Aluen Cap) à libération lente au départ d'acide oxalique

  • document icon Suivi et comptage des mortalités de varroas mars 2016 - février 2017 (304 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 170 - Des huiles essentiels à faibles doses (Etienne Bruneau - 237 Ko)

    Deux tests ont été réalisés avec des mélanges d’huiles essentielles pour étudier leur impact sur l’état sanitaire des colonies. Le développement des populations de varroas est moins important dans les colonies traitées avec certains mélanges d’huiles utilisées à faible doses. Certaines hypothèses sont avancées pour expliquer ce phénomène.

  • document-pdf-text	 icon 171- Beecome 2016 sous la loupe (Etienne Bruneau - 598 Ko)

    Brève présentation des conférences données dans le cadre de Beecome 2016. Les sujets portaient sur la sélection, la biologie, la pollinisation, le miel…

  • document-pdf-text	 icon 170 - Les pirates de l'abeille (Agnès FAYET - 180 Ko)

    synthèse sur les pathogènes et parasites de l’abeille.

  • document-pdf-text	 icon 170-Conseils de l'AFSCA (156 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 168 - 44 Apimondia à l'Est (Etienne BRUNEAU - Noa SIMON - 297 Ko)

    brève présentation du 44e congrès Apimondia en Corée et des principales informations dans le domaine des commissions technologie et qualité et pathologie

  • document-pdf-text	 icon 166 - Varroas et virus, une interaction néfaste (Fanny Mondet - Joachim R. de Miranda - André Kretzschmar Alison R. Mercer - Yves Le Conte - 744 Ko)

    Des scientifiques français et néo-zélandais ont analysé la présence de virus dans des zones infestées depuis différentes périodes par Varroa. Ils ont montré que l’arrivée du varroa coïncide avec une modification drastique des virus dans les colonies avec les problèmes que cela peut provoquer au niveau des abeilles.

  • document-pdf-text	 icon 165 - Aethina tumida - un risque qui devient réel en Europe (Noa SIMON - Fransceco PANELLA - 703 Ko)

    Le petit coléoptère des ruches Aethina tumida vient de s’implanter dans le sud de l’Italie. Cet article vous donne plus d’informations sur sa biologie et sa détection. Le secteur doit surveiller l’expansion de cette espèce invasive.

  • document-pdf-text	 icon 161 - MAQS, un médicament vétérinaire à base d'acide formique (Etienne BRUNEAU - 130 Ko)

    Présentation du gel d’acide formique MAQS® et de son efficacité

  • document-pdf-text	 icon 160 - Pathologie - Mai-juin (Noa SIMON - Louis HAUTIER - Etienne BRUNEAU - 300 Ko)

    Cet article présente les résultats de l'enquête menée en Wallonie sur le phénomène de dysfonctionnement dans les colonies; il apporte des réponses concrètes : non influence des virus détectés, lien des phénomènes avec les fongicides ainsi qu'avec les surfaces de cultures présentes dans le rayon de butinage des abeilles.

  • document-pdf-text	 icon 158 - Printemps pluvieux, varroas dangereux (Etienne BRUNEAU - 702 Ko)

    cette année 2013 a été principalement caractérisée par un printemps particulièrement difficile sur le plan climatique avec pour conséquence une petite miellée et un essaimage important qui a permis de compenser les pertes hivernales. On con-state une perte marquée de l’efficacité des produits de traitement de la varroase à base de thymol et les limites du système de lutte biotechnique basé sur l’isolement des reines dans des hausses de plancher.

  • document-pdf-text	 icon RÉSEAU DE SURVEILLANCE SUIVI DE LA VARROASE TESTS 2013 (Noa Simon, Etienne Bruneau, Didier Geuten - 6 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Projet pilote de surveillance de la mortalité des abeilles 2012-2013 (Bénédicte Verhoeven AFSCA - Politique de Contrôle - Santé animale - 4 Mo)
  • document-pdf-text	 icon DG SANCO activities on bee-health State of play (Eric Poudelet Director, Safety of the food chain DG Health and Consumers - 3 Mo)
  • document-pdf-text	 icon BEENET: NATIONAL-WIDE MONITORING PROJECT IN ITALY (Lodesani Marco, Sgolastra Fabio, Medrzycki Piotr - 3 Mo)

    Dr Marco LODESANI, Mutinelli Franco, Claudio Porrini , Sgolastra Fabio , Medrzycki Piotr

    Consiglio per la Ricerca e la sperimentazione dans Agricoltura (ARC ), Unità di ricerca di apicoltura e bachicoltura , Bologne, Italie

    BeeNet, a nation-wide monitoring project in Italy

    BeeNet is a network for studying bees-environment interactions and monitoring honeybee mortality and colony losses in Italy. It was activated in September 2011 with 97 apiaries for a total of approximately one thousand beehives. In 2012 the monitoring network progressed up to 303 apiaries located in all the Italian regions with approx. three thousand beehives. The apiaries are organized in “monitoring units”, composed of five apiaries with ten beehives each, managed by a referent person who is in charge to carry out visits in 4 different periods of the year: 1st, end of Winter; 2nd, Spring-Summer; 3rd, end of Summer-beginning of Autumn; 4th, before wintering. At each visit, environmental and beehive data are recorded, while at visit 1 and 3, samples of beehive matrices are collected (beebread and live honey bees) to carry out chemical (pesticides), pathology (Nosema, virus and Varroa) and nutritional (beebread raw protein) analyses. In 2011 the total mortality was not correlated to any of the investigated parameters. However, the total mortality almost doubled in apiaries infected by Nosema compared to the negative ones. Furthermore, Varroa infection is directly correlated to ABPV, while Winter mortality is negatively correlated to the percentage of beebread raw protein. According to the data obtained from the first six months of monitoring in 2012, the infection by N. ceranae is between low and medium; DWV is present in 95.1% of the samples and in 20% of cases the concentration is above 10 million viral copies per bee. ABPV and CBPV are also present, with a prevalence of 50 and 70% respectively, but the number of samples with a viral load above 10 million viral copies account only for 1 and 3% respectively. Beebread collected from beehives located in southern Italy showed a higher raw protein content; however, the percentage of beebread contaminated by active substances used in Varroa control is higher than in beebread collected in northern Italy. Overall 50.4% of beebread samples analyzed was positive to at least one active substance. Moreover, a bee emergency service team has been established who is in charge of field intervention, samples and data collection, and epidemiological investigation in case of mortality report, in collaboration also with Health Authorities.

    BeeNet, un projet italien de monitoring à l’échelle nationale

    BeeNet est un réseau centré sur l’étude des interactions abeilles-environnement, la surveillance de la mortalité des abeilles et la caractérisation des pertes de colonies en Italie. Il a été activé en Septembre 2011 avec 97 ruchers (comptabilisant environ mille ruches). En 2012, le réseau de surveillance a progressé jusqu’à 303 ruchers situés dans toutes les régions italiennes avec environ trois mille ruches. Les ruchers sont organisés en «unités de surveillance»: chaque unité comprend cinq ruchers de dix ruches et est gérée par un responsable. Ce dernier est chargé d’effectuer des visites à quatre périodes distinctes de l’année: la première à la fin de l’hiver; la seconde au printemps-été; la troisième en fin d’été - début d’automne; et la quatrième avant l’hivernage. Lors de chaque visite, les données environnementales de la ruche sont enregistrées, par ailleurs lors des première et troisième visites, les échantillons de matrices de la ruche sont prélevés (pain d’abeille et abeilles mellifères vivantes) afin d’effectuer des analyses chimiques (pesticides), pathologiques (Nosema, virus et Varroa) et nutritionnelles (protéines brutes issues des pains d’abeilles).Les données de 2011 ne montrent pas de corrélation entre la mortalité totale et les paramètres étudiés. Cependant, la mortalité totale a presque doublé dans les ruchers infectés par Nosema par rapport aux ruchers non infectés. En outre, l’infestation de Varroa est directement corrélée à l’ABPV tandis que la mortalité hivernale est négativement corrélée au pourcentage de protéines brutes contenues dans le pain d’abeille. Selon les données obtenues à partir des six premiers mois de surveillance en 2012, le niveau d’infection par N. ceranae est faible ou moyen; le DWV est présent dans 95,1% des échantillons, et dans 20% des cas, la concentration est supérieure à 10 millions de copies virales par abeille. L’ABPV et le CBPV sont également présents, avec une prévalence de 50 et 70% respectivement, mais le nombre d’échantillons avec une charge virale supérieure à 10 millions de copies virales ne représentent que 1 et 3% respectivement. Le pain d’abeille recueilli auprès de ruches situées dans le sud de l’Italie présente une teneur en protéines brutes plus élevée, mais par contre le pourcentage de pain d’abeilles contaminé par des substances actives utilisées dans la lutte contre Varroa est plus élevé en comparaison des prélèvements recueillis dans le nord de l’Italie. Pour l’ensemble des échantillons, 50,4 % des prélèvements de pain d’abeille analysés se sont révélés positifs pour au moins une substance active. En outre, un service d’urgence de l’abeille a été mis en place, ce dernier est en charge de l’intervention sur le terrain, de la prise d’échantillons et de la collecte de données, ainsi que d’une enquête épidémiologique lors du rapport de mortalités, en collaboration avec les Autorités Sanitaires.

  • document-pdf-text	 icon BeeDoctor and BeeClinic, two new diagnostic tools for bee health (prof. dr. Dirk C. de Graaf - 3 Mo)

    Dr Dirk C. de GRAAF

    Universiteit Gent

    BeeDoctor et BeeClinic, two new diagnostic tools for bee health In the context of the 7th Framework Programme of the EU, called BEEDOC, we developed 2 new diagnostic tools for bee health. BeeDoctor was developed based on the multiplex-ligation probe dependent amplification (MLPA) technology. This assay detects 10 honeybee viruses in one reaction. BeeDoctor is also able to screen selectively for either the positive strand of the targeted RNA bee viruses or the negative strand, which is indicative for active viral replication. Due to its sensitivity and specificity, the MLPA assay is a useful tool for rapid diagnosis, pathogen characterization, and epidemiology of viruses in honeybee populations. BeeClinic was develop based on the colorimetric DNA-chip technology. It fits in a different bee health strategy. Traditionally honey bee health diagnostics relies on the identification of pathogens. However, the high specificity of many of the diagnostic tools could be considered as a disadvantage when rapidly evolving pathogens or newly emerging pathogens are involved. Moreover, as honey bees are exposed to many other stressors, there was a need for a method that screened for the health of bee colonies in an unbiased way. Traditional the fluorescent DNA-chip technology is used in whole genome transcriptome screens that allow the identification of differentially expressed genes. It could serve to find up or down regulation of stress indicator genes, but this technology is simply too expensive for nation wide searches. By converting this technology to a colorimetric approach it became a much less expensive and more accessible technology that easily can be performed in house. Both techniques are proven to be highly versatile and are now being evaluated thoroughly under field conditions.

    BeeDoctor et BeeClinic, deux nouveaux outils de diagnostique pour la santé de l’abeille

    Dans le cadre du 7ème programme cadre de l’ Union Européenne, appelé BEEDOC, nous avons développé deux nouveaux outils de diagnostic pour la santé des abeilles. “BeeDoctor” a été développé sur base de la technologie d’amplification multiplex de sondes dépendantes de ligations, en anglais ‘multiplex-ligation probe dependent amplification’ (MLPA). Ce test permet de détecter 10 virus d’abeilles en une réaction. BeeDoctor est également capable d’identifier et de sélectionner le brin positif du brin négatif de l’ARN du virus ciblé, donnant une indication sur la réplication virale. Vu sa sensibilité et sa spécificité, le test MLPA est un outil de diagnostique rapide, de caractérisation des agents pathogènes et de l’épidémiologie des virus dans les populations d’abeilles. “BeeClinic” a été développé sur base de la technologie des puces à ADN colorimétrique. Il s’inscrit dans une stratégie différente celle de la santé des abeilles. Traditionnellement, le diagnostique de la santé des abeilles mellifères reposait sur l’identification des agents pathogènes. Cependant, la grande spécificité de la plupart des outils de diagnostique peut être considérée comme un inconvénient vu l’évolution rapide des agents pathogènes ou des agents pathogènes émergents. En outre, comme les abeilles sont exposées à de nombreux autres facteurs de stress, il était nécessaire d’avoir une méthode qui contrôle la santé des colonies sans biais. La technologie des puces à ADN fluorescente est utilisée pour identifier des transcriptomes de génomes entiers qui permettent l’identification des gènes exprimés de manière différentielle. Ces transcriptomes permettraient de trouver des gènes de régulation aux stress, mais cette technologie est tout simplement trop chère pour la recherche menée à l’échelle d’un pays. En convertissant cette technologie à une approche colorimétrique, elle est devenue une technologie beaucoup moins coûteuse et plus accessible qui peut facilement être effectuée à la maison. Ces deux techniques se sont révélées être très polyvalentes et sont maintenant évaluées de façon détaillée sur le terrain.

  • document-pdf-text	 icon Integrated Varroa control strategy (Dr. Ralph Büchler - 981 Ko)

    Dr. Ralph BÜCHLER

    Landesbetrieb Landwirtschaft Hessen, Bee institute, Erlenstrasse 9, 35274 Kirchhain, Germany

    Integrated fight strategy against varroa for tolerance The European beekeeping industry is caught in a dilemma: despite regular and increasing use of acaricides, Varroa continues to cause high losses and the virulence of the mite, together with its accompanying viruses, seems to grow. For a long-term solution, we need to propagate resistant bees and to support the spread of less virulent mites. This can be achieved by selective breeding of bees for disease resistance, combined with improved management concepts to support the health of colonies and a limitation of chemical treatments to highly infested colonies. Appropriate tools are already available; a short overview is presented here:

    1. Selective breeding for disease resistance In 2003, a cooperation of breeders was founded (Arbeitsgemeinschaft Toleranzzucht, http://www.toleranzzucht.de) to realize a large-scale selection program for productivity, gentleness and improved resistance against Varroa and other diseases. More than 150 private breeders are involved in testing about 2000 queens per year. A systematic exchange of test queens among breeders and apiaries has been established in order to achieve an optimal evaluation of environmental and genetic effects in the central data processing. This enables involving even small test units (minimum of 8 colonies/yard) in the common selection process. Using the estimated breeding values, all tested queens can be directly compared to each other, regardless of their individual test environment. The uniform protocol for the annual testing includes monitoring of the Varroa population growth during the brood season together with repeated tests for brood hygiene behavior using the pin-killed brood assay. Breeding values are calculated separately for honey productivity, gentleness, swarming behavior, Varroa and chalkbrood resistance and then integrated into a single selection index. All results are freely accessible via internet (www.beebreed.eu), and the breeder association publishes an annual breeding register with the breeding values of all tested colonies, thus providing a comprehensive overview over the whole population and stimulating the exchange and propagation of valuable stock. Bee breeders are encouraged to refrain from using acaricides on test colonies with an infestation of less than 1 mite/10g bees in the samples routinely taken during the first decade of July. Subsequently, these pre-selected colonies are monitored for their mite infestation and bee population development on a monthly basis. Colonies whose infestation levels remain below certain threshold values are wintered without any treatment. On average, more than 50 % of the pre-selected stock wintered successfully during the last few years. The selection is then performed using the criterion of colony size in spring compared to the size before winter. Together with the breeding values estimated from the preceding performance test, this wintering index will be considered for the final selection of vital breeder colonies for queen production and the drone equipment of mating stations.

    2.Improved colony management Under natural conditions bee colonies can limit the effect of brood diseases by leaving and rebuilding their broodnest during swarming. Swarming is usually prevented in modern beekeeping, but its positive effects on colony health can be preserved if the brood is completely removed once per season. Combined with use of a trapping comb, this measure effectively reduces the mite population and the infestation level of other pathogens, while the combs are renewed. Provided the brood removal is carried out at the right time, the honey harvestis not negatively affected.

    3.Selective treatment of highly infested colonies Samples of about 50 g bees are sufficient to estimate the Varroa infestation level of colonies. The mites can be separated by the use of powdered sugar without any harm to the bees. From long-term experience with untreated test colonies, infestation threshold values are now available which represent the individual survival risk of the hive. These data provide a reliable basis to decide which colonies need to be treated or can remain untreated. If beekeepers would learn to requeen highly infested colonies with offspring from less infected hives, a very simple but sustainable selection for Varroa resistance could be established in the field.

    Stratégie de lutte intégrée contre varroa pour une meilleure tolérance Le secteur européen de l’apiculture est pris dans un dilemme : en dépit de l’utilisation régulière et croissante des acaricides , le Varroa continue à causer des pertes élevées. Sa virulence et les virus qui l’accompagnement semblent croître . Pour une solution à long terme, nous devons utiliser des abeilles résistantes et obtenir des acariens moins virulents. Ceci peut être réalisé grâce à la sélection d’abeilles résistantes aux maladies, combinées à une gestion améliorée pour soutenir la santé des colonies et limiter les traitements chimiques des colonies fortement infestées. Des outils appropriés sont déjà disponibles ; un bref aperçu est présenté ici:

    1. La sélection pour la résistance aux maladies Une coopérative d’éleveurs a été fondée en 2003 (Arbeitsgemeinschaft Toleranzzucht , http://www.toleranzzucht.de ) afin de réaliser un programme de sélection à grande échelle visant à améliorer la productivité , la douceur et la résistance contre le Varroa et d’autres maladies. Plus de 150 éleveurs sont impliqués dans le processus expérimental de sélection. Celui-ci impliquent environ 2000 reines par an. Un échange systématique des reines sélectionnées entre les éleveurs et les ruchers a été établi afin de parvenir à une évaluation optimale des effets environnementaux et génétiques par le traitement ultérieur des données. Cela permet aussi d’intégrer des petites unités expérimentales (de minimum 8 colonies/rucher) dans le processus de sélection global. En utilisant les valeurs d’élevage estimées, toutes les reines testées peuvent être directement comparées les unes aux autres, indépendamment de leur environnement de sélection individuel. Le protocole expérimental annuel contient le monitoring de la population de varroas pendant la saison de ponte avec des tests répétés de comportement hygiénique du couvain utilisant le test du couvain tué à l’épingle. Les valeurs d’élevage sont calculées séparément pour la productivité de miel, la douceur, la propension à l’essaimage, la résistance du couvain plâtre au varroa pour être ensuite intégrées dans un seul index de sélection. Tous les résultats sont accessibles via Internet (www.beebreed.eu) et l’association publie un registre d’élevage annuel avec les valeurs d’élevage de toutes les colonies testées, offrant ainsi un aperçu global sur l’ensemble de la population et de stimulant l’échange et la propagation de patrimoine génétique de valeur. Les apiculteurs sont encouragés à éviter l’utilisation d’acaricides sur les colonies tests avec une infestation de moins de 1 acarien/10g abeilles (échantillons prélevés régulièrement au cours de la première décennie de Juillet). Par la suite, les acariens et le développement de la population d’abeilles des colonies présélectionnées sont surveillés sur une base mensuelle. Les colonies dont le niveau d’infestation reste inférieur à certains seuils passe l’hiver sans aucun traitement. Au cours des dernières années, une moyenne de plus de 50% du colonies présélectionnées ont hiverné avec succès. La sélection est ensuite effectuée en utilisant le critère de la taille de la colonie au printemps par rapport à la taille avant l’hiver. En complément aux valeurs d’élevage estimées à partir des tests de performance précédents, l’indice d’hivernage sera pris en considération pour la sélection finale des colonies éleveuses de reines et de mâles des stations de fécondation.

    2. Améliorer la conduite des colonies Dans des conditions naturelles, les colonies d’abeilles limitent l’effet des maladies du couvain en délaissant leur nid à couvain et en le reconstituant à l’occasion de l’essaimage. L’essaimage est généralement évité dans l’apiculture moderne, mais ses effets positifs sur la santé de la colonie peuvent être préservés si le couvain est complètement retiré une fois par saison. Combiné à l’utilisation de cadres pièges, cela permet de réduire efficacement la population d’acariens et le niveau d’infestation d’autres agents pathogènes, lorsque les cadres pièges sont renouvelés. A condition que le retrait du couvain soit effectué au bon moment, la récolte de miel n’est pas négativement affectée.

    3. Traitement sélectif des colonies fortement infestées Des échantillons d’environ 50 g abeilles sont suffisants pour estimer le niveau d’infestation de varroa des colonies. Les acariens peuvent être séparés en utilisant du sucre en poudre sans aucun dommage pour les abeilles. Des expériences menées depuis plusieurs années sur des colonies non traitées ont permis de déterminer des valeurs de seuil d’infestation représentatif du niveau de survie des ruche.s Ces données fournissent une base fiable pour identifier les colonies devant être traitées ou pas. Si les apiculteurs apprenaient à remplacer les reines des colonies fortement infestées, une sélection simple et durable se mettrait en place pour la résistance au varroa.

  • document-pdf-text	 icon 154 - Thymol contre varroa destructor (Etienne BRUNEAU - 202 Ko)

    brève présentation des trois médicaments vétérinaires autorisés en Belgique avec un comparatif de leur efficacité sur le terrain et quelques conseils d’utilisation

  • document-pdf-text	 icon 154 - Vespa velutina, une espèce invasive (Etienne BRUNEAU - 267 Ko)

    la progression du frelon asiatique est importante et un plan d’action est à l’étude en Région wallonne. Les apiculteurs y sont des lanceurs d’alertes. Si le piégeage préventif n’est pas requis, le piégeage autour des ruchers attaqués s’impose.

  • document-pdf-text	 icon 154 - Point critique (Etienne BRUNEAU - 96 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 150- Dépérissement, projet wallon (Noa SIMON - 300 Ko)

    Cet article présente le contexte et décrit rapidement le mode opératoire du projet lancé par la Région wallonne auprès de 65 apiculteurs et visant à mieux cerner le phénomène de dépérissement et les dysfonctionnements divers observés dans les colonies. Les résultats de l’analyse des virus et de certains pesticides sont attendus pour le premier trimestre 2013.

  • document-pdf-text	 icon 58 ActuApi poster (Etienne BRUNEAU - 573 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 148 Politique sanitaire en Belgique (Etienne BRUNEAU - 333 Ko)

    Suite aux problèmes liés à la distribution des produits de traitement de la varroase, le secteur apicole belge analyse la situation et les projets annoncés par l’AFSCA et fait plusieurs propositions concrètes en vue d’assurer une politique cohérente et efficace compatible avec un cadre légal à adapter.

  • document-pdf-text	 icon 148 Avril, mai, juin (394 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 147 Vespa velutina, l'inéluctable (Etienne Bruneau - 254 Ko)

    on sait maintenant que l’arrivée du frelon asiatique dans notre région est inéluctable et qu’il va falloir travailler en sa présence. Le piégeage des fondatrices n’est pas conseillé. Une organisation de contrôle se met en place dans le Nord de la France.

  • document-pdf-text	 icon 57 ActuApi (Etienne Bruneau - 461 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 146 - Un climat un peu fou ! (Etienne BRUNEAU - 470 Ko)

    On doit la récolte exceptionnelle de printemps et le développement inhabituel des populations de varroas au climat particulier enregistré cette année. On con-state également une perte d’efficacité du Thymovar dans certains ruchers.

  • document-pdf-text	 icon 145 - Synergie mortelle (Agnès FAYET - 287 Ko)

    Une récente étude américaine prouve l’effet conjugué des antibiotiques, des acaricides et de certains pesticides sur la perte de vitalité des colonies d’abeilles.

  • document-pdf-text	 icon Notice d'étiquetage (45 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Ministry of Health (26 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Api BIOXAL dépliant 2011 (643 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 142 - Dépérissement en Wallonie (Agnès FAYET - 330 Ko)

    Un projet d’échantillonnage pour étudier l’impact des virus et des pesticides dans le phénomène de dépérissement des colonies d’abeilles domestiques en Wallonie.

  • document-pdf-text	 icon 141- Mises en cage, une solution (Francesco PANELLA - 434 Ko)

    Pour résoudre le manque d’efficacité des traitements en présence de couvain, les apiculteurs italiens ont développé des techniques basées sur le blocage de ponte des reines juste après la miellée d’été. Cela donne de bons résultats chez eux et a contribué au redémarrage de l’apiculture.

  • document-pdf-text	 icon Guide de bonnes pratiques apicoles - NL (5 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Guide de bonnes pratiques apicoles -ALLEMAND (5 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 52 ActuApi (Etienne BRUNEAU - 942 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 139 - Concours mondial du varroa (John KEFUSS - 350 Ko)

    Depuis 1991, John Kefuss a arrêté de traiter ses abeilles contre la varroase et a ainsi pu sélectionner des lignées qui se développent avec très peu de varroas. Pour le prouver, il a organisé un concours international de recherche de varroas. Les résultats sont probants, pratiquement aucun varroa n’a été trouvé dans ses colonies.

  • document-pdf-text	 icon 138 - Le varroas comme vous ne l'avez jamais vu ! (Gilles SAN MARTIN - 507 Ko)
  • document icon Film (Vincent Van Biesbroeck - 7 Mo)
  • document icon Film : le crawling (3 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 137-Une immunité très sociable (Janine KIEVITS - 549 Ko)

    Le système immunitaire des insectes met en jeu des mécanismes individuels et sociaux. Ceux-ci font appel à des comportements complexes et sont déterminants pour la santé des colonies

  • document-pdf-text	 icon 137 Juin, juillet, août (393 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 136 - Résidus de thymol, pas de souci (Thierry SUARD - 290 Ko)

    Cet article aborde le sujet des résidus dans le miel et la cire liés aux traitements au Thymovar®. L’usage correct de ce produit n’engendre pas de problèmes de résidus

  • document-pdf-text	 icon 136 - Avril, mai, juin (Etienne BRUNEAU - 359 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Thymovar (Biovet - 3 Mo)

    Présentation du produit Thymovar à base de thymol.

  • document-pdf-text	 icon Utilisation de l'acide oxalique - Oxuvar (Biovet - 967 Ko)

    Présentation du produit Oxuvar à base d'acide oxalique.

  • document-pdf-text	 icon Comment échantillonner ? (197 Ko)

    Texte qui explique en détail la procédure d'échantillonnage et d'envoi des échantillons en cas de problème au rucher.

  • document-pdf-text	 icon 103-Le petit coléoptère des ruches (Etienne BRUNEAU, Jean FEDON - 372 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 133-L'apiculture européenne (Etienne BRUNEAU - 2 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 133-Janvier - février (Etienne BRUNEAU - 477 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 103 - Acide oxalique (Marie-Claude Depauw, Etienne Bruneau - 306 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 108 - Dans nos ruchers, Varroa destructor est un clone (Yves LE CONTE - 290 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 108 - Ce que les journaux disent et ne disent pas (Etienne Bruneau - 69 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 109 - Le petit coléoptère des ruches (Marie-Claude Depauw - 98 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 115 - Octobre - novembre - décembre (Etienne Bruneau - 252 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 114 - Août - septembre - octobre (Etienne Bruneau - 480 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 132 - L'abeille, côté science (Janine KIEVITS, Hélène DAILLY, Etienne BRUNEAU - 430 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Guide de bonnes pratiques apicoles-registre (CARI - 10 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 131 - Comportement hygiénique et sélection (PEREZ-SATO JA et AL - 127 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 130-USA : le CCD sous la loupe (Dennis vanEngelsdorp, Diana Cox-Foster - 97 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 130-Thymovar, mode d'emploi (Thierry SUARD - 333 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 129-Suisse romande, cris d'alarme (Pierre-André BONZON - Franck CROZET - 537 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 129-Février, mars, avril (Etienne BRUNEAU, Janine KIEVITS - 428 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 128-2008 sous la loupe (Etienne BRUNEAU - 325 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 128-Edito.pdf (Etienne Bruneau - 110 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 128-Vespa velutina.pdf (Izabela Freytag - Marie-Claude Depauw - 397 Ko)
  • document-pdf-text	 icon BILAN 2008 - Namur : bilan prog. Miel 2008 (Etienne Bruneau, Janine Kievits - 8 Mo)

    Présentation Power point présentée le 25 janvier 2009.

  • document-word-text icon GT Sanitaire.4 23 décembre 2008 (58 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 127-17e congrès National (Etienne BRUNEAU, Izabela FREYTAG - 447 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 126-Test à l'azote (Izabela Freytag - 222 Ko)
  • document-word-text icon GT Sanitaire.3 23 septembre 2008.doc (47 Ko)
  • document-word-text icon GT Sanitaire.2 2 juin 2008 (33 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 124 - Apprendre à lire (Etienne Bruneau - 124 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 42 Nouvel envol (837 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 115-Tour du monde d'un coléoptère (Sebastian SPIEWOK - 395 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 123-Un printemps silencieux (Etienne BRUNEAU - 984 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 116-Le Thymovar, chronique d'un essai clinique (Etienne BRUNEAU - 411 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 116-Décembre, janvier, février (Etienne BRUNEAU - 398 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 122-Décembre, janvier, février (Etienne BRUNEAU - 225 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 122-Thymovar, une solution simple, efficace et naturelle contre la varroase (Thierry SUARD - 117 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 122-L'opportunisme chez Nosema ceranae (Marc-Edouard COLIN, Laurent GAUTHIER, Magali TOURNAIRE - 221 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 122-Du miel et des varroas (Izabela FREYTAG, Etienne BRUNEAU - 337 Ko)
  • document-word-text icon GT Sanitaire.1 18 mars 2008 (38 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 117-Février, mars, avril (193 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 41 ActuApi (902 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 08 actuapi.pdf (294 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 118-les microchampignons.pdf (1 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 118-Neurotoxiques systémiques, un risque pour les abeilles ? (383 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 118-Frelons et abeilles (Etienne Bruneau - 472 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Maladies et parasites des bourdons (437 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 121-Apiculture, version Australie (236 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 120-Nosema ceranae en France (202 Ko)