Varroa : Documents

Retour aux résultats pour "varroa"

  • ActuApi 71 : La rupture de couvain, une arme contre varroa
  • ActuApi 58 : Varroase, quels traitements choisir ?
  • ActuApi 65 : Varroase, un autre regard
  • document-pdf-text	 icon 202 - Les abeilles férales, une solution (Etienne BRUNEAU - 217 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 195 - En Norvège, nouvelle approche de la tolérance au varroa (Mélissa ODDIE, Etienne BRUNEAU - 333 Ko)

    la sélection appliquée par Terje Reinertsen lui a permis d’arriver rapidement à des colonies tolérantes aux varroas. Melissa Oddie a étudié ce phénomène de désoperculation et de réoperculation qui semble être un bon indicateur de tolérance non seulement en Norvège, mais pour d’autres colonies tolérantes partout dans le monde.

  • document-pdf-text	 icon 190 - Sélection de colonies résistantes à varroa (Delphine PANZIERA - Tjeerd BLACQUIERE - 381 Ko)

    Cet article présente le travail de sélection de colonies plus tolérantes aux varroas réalisé aux Pays-Bas par Tjeert Blacquière, Willem Boot et Johan Calis

  • document-pdf-text	 icon 190 - Le soleil après la pluie (Etienne BRUNEAU - 60 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 190 - VARROASE (Etienne BRUNEAU - 78 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 187 - Echo d'EurBee8 (Etienne BRUNEAU - 164 Ko)

    Extrait de présentations sur des sujets touchant plus directement les apiculteurs

  • document-pdf-text	 icon 185 - Apiculteurs : questions de choix (244 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 184 - Une mycorévolution pour les abeilles ? (Agnès FAYET - 380 Ko)

    Synthèse sur l‘utilisation de certains champignons pour la santé des abeilles

  • document-pdf-text	 icon 178 - Apiculteurs : questions de choix (1 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Varroa-Limites des traitements 27/05/2017 (3 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Varroa : du diagnostic au traitement 2017 (Etienne BRUNEAU - 89 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Comment traiter ses ruches en 2017 ? (Etienne BRUNEAU - 27 Mo)
  • document-pdf-text	 icon 71 ActuApi (1 Mo)
  • document icon Suivi et comptage des mortalités de varroas mars 2016 - février 2017 (304 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 171- Louis Seret - La nature est un maître (Louis SERET - Agnès FAYET - 3 Mo)

    Conseils techniques d’un apiculteur chevronné

  • document-pdf-text	 icon 171-Agriculture est apiculture à l'heure des nanomatériaux (Agnès FAYET - 705 Ko)

    L’agriculture et l’apiculture semblent voués à l’utilisation des nanomatériaux. Quelles forment prennent ces solutions technologiques présentées comme des alternatives « vertes » aux méthodes conventionnelles ?

  • document-pdf-text	 icon 166 - Varroas et virus, une interaction néfaste (Fanny Mondet - Joachim R. de Miranda - André Kretzschmar Alison R. Mercer - Yves Le Conte - 744 Ko)

    Des scientifiques français et néo-zélandais ont analysé la présence de virus dans des zones infestées depuis différentes périodes par Varroa. Ils ont montré que l’arrivée du varroa coïncide avec une modification drastique des virus dans les colonies avec les problèmes que cela peut provoquer au niveau des abeilles.

  • document-pdf-text	 icon 164 - Varroa Destructor, entre admiration et espoir (Agnès FAYET - 428 Ko)

    deux recherches récentes à propos de Varroa destructor : l’une concernant le comportement mimétique de l’acarien et l’autre à propos d’une méthode de traitement

  • document-pdf-text	 icon 159 - Actualités mars - avril (Etienne BRUNEAU - 475 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 159 - Il est temps de changer (Etienne BRUNEAU - 108 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 158 - Printemps pluvieux, varroas dangereux (Etienne BRUNEAU - 702 Ko)

    cette année 2013 a été principalement caractérisée par un printemps particulièrement difficile sur le plan climatique avec pour conséquence une petite miellée et un essaimage important qui a permis de compenser les pertes hivernales. On con-state une perte marquée de l’efficacité des produits de traitement de la varroase à base de thymol et les limites du système de lutte biotechnique basé sur l’isolement des reines dans des hausses de plancher.

  • document-pdf-text	 icon RÉSEAU DE SURVEILLANCE SUIVI DE LA VARROASE TESTS 2013 (Noa Simon, Etienne Bruneau, Didier Geuten - 6 Mo)
  • document-pdf-text	 icon Integrated Varroa control strategy (Dr. Ralph Büchler - 981 Ko)

    Dr. Ralph BÜCHLER

    Landesbetrieb Landwirtschaft Hessen, Bee institute, Erlenstrasse 9, 35274 Kirchhain, Germany

    Integrated fight strategy against varroa for tolerance The European beekeeping industry is caught in a dilemma: despite regular and increasing use of acaricides, Varroa continues to cause high losses and the virulence of the mite, together with its accompanying viruses, seems to grow. For a long-term solution, we need to propagate resistant bees and to support the spread of less virulent mites. This can be achieved by selective breeding of bees for disease resistance, combined with improved management concepts to support the health of colonies and a limitation of chemical treatments to highly infested colonies. Appropriate tools are already available; a short overview is presented here:

    1. Selective breeding for disease resistance In 2003, a cooperation of breeders was founded (Arbeitsgemeinschaft Toleranzzucht, http://www.toleranzzucht.de) to realize a large-scale selection program for productivity, gentleness and improved resistance against Varroa and other diseases. More than 150 private breeders are involved in testing about 2000 queens per year. A systematic exchange of test queens among breeders and apiaries has been established in order to achieve an optimal evaluation of environmental and genetic effects in the central data processing. This enables involving even small test units (minimum of 8 colonies/yard) in the common selection process. Using the estimated breeding values, all tested queens can be directly compared to each other, regardless of their individual test environment. The uniform protocol for the annual testing includes monitoring of the Varroa population growth during the brood season together with repeated tests for brood hygiene behavior using the pin-killed brood assay. Breeding values are calculated separately for honey productivity, gentleness, swarming behavior, Varroa and chalkbrood resistance and then integrated into a single selection index. All results are freely accessible via internet (www.beebreed.eu), and the breeder association publishes an annual breeding register with the breeding values of all tested colonies, thus providing a comprehensive overview over the whole population and stimulating the exchange and propagation of valuable stock. Bee breeders are encouraged to refrain from using acaricides on test colonies with an infestation of less than 1 mite/10g bees in the samples routinely taken during the first decade of July. Subsequently, these pre-selected colonies are monitored for their mite infestation and bee population development on a monthly basis. Colonies whose infestation levels remain below certain threshold values are wintered without any treatment. On average, more than 50 % of the pre-selected stock wintered successfully during the last few years. The selection is then performed using the criterion of colony size in spring compared to the size before winter. Together with the breeding values estimated from the preceding performance test, this wintering index will be considered for the final selection of vital breeder colonies for queen production and the drone equipment of mating stations.

    2.Improved colony management Under natural conditions bee colonies can limit the effect of brood diseases by leaving and rebuilding their broodnest during swarming. Swarming is usually prevented in modern beekeeping, but its positive effects on colony health can be preserved if the brood is completely removed once per season. Combined with use of a trapping comb, this measure effectively reduces the mite population and the infestation level of other pathogens, while the combs are renewed. Provided the brood removal is carried out at the right time, the honey harvestis not negatively affected.

    3.Selective treatment of highly infested colonies Samples of about 50 g bees are sufficient to estimate the Varroa infestation level of colonies. The mites can be separated by the use of powdered sugar without any harm to the bees. From long-term experience with untreated test colonies, infestation threshold values are now available which represent the individual survival risk of the hive. These data provide a reliable basis to decide which colonies need to be treated or can remain untreated. If beekeepers would learn to requeen highly infested colonies with offspring from less infected hives, a very simple but sustainable selection for Varroa resistance could be established in the field.

    Stratégie de lutte intégrée contre varroa pour une meilleure tolérance Le secteur européen de l’apiculture est pris dans un dilemme : en dépit de l’utilisation régulière et croissante des acaricides , le Varroa continue à causer des pertes élevées. Sa virulence et les virus qui l’accompagnement semblent croître . Pour une solution à long terme, nous devons utiliser des abeilles résistantes et obtenir des acariens moins virulents. Ceci peut être réalisé grâce à la sélection d’abeilles résistantes aux maladies, combinées à une gestion améliorée pour soutenir la santé des colonies et limiter les traitements chimiques des colonies fortement infestées. Des outils appropriés sont déjà disponibles ; un bref aperçu est présenté ici:

    1. La sélection pour la résistance aux maladies Une coopérative d’éleveurs a été fondée en 2003 (Arbeitsgemeinschaft Toleranzzucht , http://www.toleranzzucht.de ) afin de réaliser un programme de sélection à grande échelle visant à améliorer la productivité , la douceur et la résistance contre le Varroa et d’autres maladies. Plus de 150 éleveurs sont impliqués dans le processus expérimental de sélection. Celui-ci impliquent environ 2000 reines par an. Un échange systématique des reines sélectionnées entre les éleveurs et les ruchers a été établi afin de parvenir à une évaluation optimale des effets environnementaux et génétiques par le traitement ultérieur des données. Cela permet aussi d’intégrer des petites unités expérimentales (de minimum 8 colonies/rucher) dans le processus de sélection global. En utilisant les valeurs d’élevage estimées, toutes les reines testées peuvent être directement comparées les unes aux autres, indépendamment de leur environnement de sélection individuel. Le protocole expérimental annuel contient le monitoring de la population de varroas pendant la saison de ponte avec des tests répétés de comportement hygiénique du couvain utilisant le test du couvain tué à l’épingle. Les valeurs d’élevage sont calculées séparément pour la productivité de miel, la douceur, la propension à l’essaimage, la résistance du couvain plâtre au varroa pour être ensuite intégrées dans un seul index de sélection. Tous les résultats sont accessibles via Internet (www.beebreed.eu) et l’association publie un registre d’élevage annuel avec les valeurs d’élevage de toutes les colonies testées, offrant ainsi un aperçu global sur l’ensemble de la population et de stimulant l’échange et la propagation de patrimoine génétique de valeur. Les apiculteurs sont encouragés à éviter l’utilisation d’acaricides sur les colonies tests avec une infestation de moins de 1 acarien/10g abeilles (échantillons prélevés régulièrement au cours de la première décennie de Juillet). Par la suite, les acariens et le développement de la population d’abeilles des colonies présélectionnées sont surveillés sur une base mensuelle. Les colonies dont le niveau d’infestation reste inférieur à certains seuils passe l’hiver sans aucun traitement. Au cours des dernières années, une moyenne de plus de 50% du colonies présélectionnées ont hiverné avec succès. La sélection est ensuite effectuée en utilisant le critère de la taille de la colonie au printemps par rapport à la taille avant l’hiver. En complément aux valeurs d’élevage estimées à partir des tests de performance précédents, l’indice d’hivernage sera pris en considération pour la sélection finale des colonies éleveuses de reines et de mâles des stations de fécondation.

    2. Améliorer la conduite des colonies Dans des conditions naturelles, les colonies d’abeilles limitent l’effet des maladies du couvain en délaissant leur nid à couvain et en le reconstituant à l’occasion de l’essaimage. L’essaimage est généralement évité dans l’apiculture moderne, mais ses effets positifs sur la santé de la colonie peuvent être préservés si le couvain est complètement retiré une fois par saison. Combiné à l’utilisation de cadres pièges, cela permet de réduire efficacement la population d’acariens et le niveau d’infestation d’autres agents pathogènes, lorsque les cadres pièges sont renouvelés. A condition que le retrait du couvain soit effectué au bon moment, la récolte de miel n’est pas négativement affectée.

    3. Traitement sélectif des colonies fortement infestées Des échantillons d’environ 50 g abeilles sont suffisants pour estimer le niveau d’infestation de varroa des colonies. Les acariens peuvent être séparés en utilisant du sucre en poudre sans aucun dommage pour les abeilles. Des expériences menées depuis plusieurs années sur des colonies non traitées ont permis de déterminer des valeurs de seuil d’infestation représentatif du niveau de survie des ruche.s Ces données fournissent une base fiable pour identifier les colonies devant être traitées ou pas. Si les apiculteurs apprenaient à remplacer les reines des colonies fortement infestées, une sélection simple et durable se mettrait en place pour la résistance au varroa.

  • document-pdf-text	 icon 150-La fin d'une saison difficile (Etienne BRUNEAU - 207 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 58 ActuApi poster (Etienne BRUNEAU - 573 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 148 Année à foin, miel à rien (Etienne BRUNEAU - 455 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 146 - Un climat un peu fou ! (Etienne BRUNEAU - 470 Ko)

    On doit la récolte exceptionnelle de printemps et le développement inhabituel des populations de varroas au climat particulier enregistré cette année. On con-state également une perte d’efficacité du Thymovar dans certains ruchers.

  • document-pdf-text	 icon 144 - Aborder l'hiver (Etienne BRUNEAU - 652 Ko)
  • document-pdf-text	 icon Api BIOXAL dépliant 2011 (643 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 141- Mises en cage, une solution (Francesco PANELLA - 434 Ko)

    Pour résoudre le manque d’efficacité des traitements en présence de couvain, les apiculteurs italiens ont développé des techniques basées sur le blocage de ponte des reines juste après la miellée d’été. Cela donne de bons résultats chez eux et a contribué au redémarrage de l’apiculture.

  • document-pdf-text	 icon 141-Gérer l'abondance (Etienne BRUNEAU - 254 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 140-A vos ruches ! Prêts ? Partez ! (Etienne BRUNEAU - 668 Ko)
  • document-pdf-text	 icon 136 - Préserver le capital de vie des abeilles (José ARTUS - 754 Ko)

    C’est la durée de vie des abeilles d’hiver qui détermine la vigueur de la colonie au printemps. Les abeilles d’hiver doivent vivre 210 jours au moins afin d’assurer la superposition des générations au printemps. Une telle durée de vie suppose un bon traitement de la varroase et un nourrissement pensé pas-à-pas selon les besoins de la colonie

  • document-pdf-text	 icon 136 - Tolérance au varroa, les critères (Paul JUNGELS - 798 Ko)

    Un élevage sur une large base, une évaluation rigoureuse et une sélection impitoyable sont les piliers indispensables d’une apiculture durable

  • document-pdf-text	 icon 136 - Résidus de thymol, pas de souci (Thierry SUARD - 290 Ko)

    Cet article aborde le sujet des résidus dans le miel et la cire liés aux traitements au Thymovar®. L’usage correct de ce produit n’engendre pas de problèmes de résidus